cités
territoires
gouvernance
Pour une transition vers des territoires et des sociétés durables

Recherchez dans l'ensemble des documents de la Coredem
Index : Auteur -  Collections - Actualité - Pays et région - Ville - Thématique

Accueil > Mobilité urbaine > Transports et inégalités

Transports et inégalités

La notion de mobilité peut-être envisagée comme un bien intermédiaire qu’utilisent les personnes pour accéder à des ressources nécessaires à la satisfaction de leurs besoins et à la réalisation de leurs projets : le logement, l’emploi, et aussi les services publics et marchands, voire l’ensemble des équipements urbains. Parce que ces ressources sont inégalement réparties sur des territoires quotidiens souvent très étendus, les différences de potentiel de mobilité peuvent créer et / ou exacerber des facteurs d’inégalités sociales.

Les processus d’étalement urbain, de spécialisation fonctionnelle voire de ségrégation aboutissent à des exigences de mobilité de plus en plus fortes. La liaison des différents pôles d’un territoire donné pèsent autant sur les collectivités en charge de l’offre (de transport, de logement et de l’emploi notamment), que sur les individus dont la capacité de mouvement est souvent socialement et économiquement sélective.

Les dépenses transports /logement constituent un élément déterminant dans les choix de résidentialisation. Or, on est confronté au rejet - toujours plus loin - des indésirables.

Par conséquent, les politiques urbaines qui contribuent à réduire les inégalités d’accès à la ville et à ses ressources méritent d’être étudiées. Une politique des transports favorisant la mobilité peut enrayer des effets ghettoïsants.

Le traitement des inégalités renvoie aux échelles d’aménagement (quartier, commune, intercommunalités) et aux champs d’intervention. Les transports constituent un enjeu majeur face à l’étalement urbain, à la dépendance automobile. Le seul réseau de transport collectif se situe dans les centres-villes. Dans les nouvelles banlieues où les systèmes de transports sont de longue distance, ce sont de petits réseaux municipaux. Penser l’ensemble logement-transport n’a pas de sens au niveau local et demeure non soluble au niveau de l’intercommunalité.

Comment organiser une nouvelle institution métropolitaine ? On voit se cristalliser des débats entre les militants du transport collectif du centre-ville et les promoteurs de la « rurbanité ». Pour les premiers, la question se pose : veut-on faire de la subvention à l’étalement urbain ou de la densification ?

Les politiques de transports sont un facteur de la construction politique des agglomérations, à l’articulation entre développement économique, équité sociale, cohérence territoriale et environnementale et qualité de vie.

document(s)
Recherchez dans l'ensemble des documents de la Coredem
Index : Auteur -  Collections - Actualité - Pays et région - Ville - Thématique