cités
territoires
gouvernance
Pour une transition vers des territoires et des sociétés durables

Recherchez dans l'ensemble des documents de la Coredem
Index : Auteur -  Collections - Actualité - Pays et région - Ville - Thématique

Accueil > Gouvernance urbaine > Notions d’urbanisme par l’usage > Mobilité. Motilité, accessibilité

Mobilité. Motilité, accessibilité

La notion de mobilité est partagée par plusieurs disciplines des sciences de la ville et de l’urbanisme : on l’emploie pour décrire les changements résidentiels, les changements de statut professionnel ou familial dans les champs de la sociologie et de la géographie sociale, voire de l’économie. Dans le domaine des transports et de l’urbanisme, la mobilité désigne l’ensemble des déplacements effectués comme conséquence de l’exécution d’un programme d’activités impliquant une diversité de lieux. Son entrée dans le champ des transports et de l’urbanisme est récent, exprimant l’élargissement et la complexification de l’étude et de la compréhension des comportements, les méthodes de calcul des trafics et de dimensionnement des systèmes de transport, des infrastructures et des espaces publics ayant besoin de suivre la mutation des pratiques citadines pour faire évoluer la conception des aménagements.
La notion de mobilité s’accompagne d’une série de notions attenantes, certaines en amont, d’autres en aval. En amont, motilité et accessibilité sont des notions attachées l’une à la personne, l’autre à l’organisation de l’espace urbain. La motilité désigne l’aptitude psychologique, culturelle, physique aussi à se mouvoir, c’est-à-dire à concevoir un projet de mobilité réalisable ; l’accessibilité dépend principalement des conditions matérielles à mettre en œuvre pour réaliser effectivement un déplacement, conditions qui tiennent pour l’essentiel à la disposition géographique des ressources urbaines par rapport au citadin. Si la motilité est au cœur du champ de la sociologie et de la psychologie, l’accessibilité est une notion centrale en économie territoriale. En urbanisme, c’est une combinaison de ces approches qui préside à la conception de la planification spatiale urbaine, de la conception des réseaux de transport et de l’aménagement de l’espace public.
Ces notions qui fonctionnent en système peuvent être apparentées de façon plus indirecte avec celles d’attractivité, de polarisation et de nodalité, les facilités accordées à la mobilité des personnes et des biens variant selon leur position sur les réseaux et la façon dont ils maillent l’espace urbain.

A la recherche des liaisons entre les notions

Pour constituer un guide subjectif de cheminement entre les notions, nous proposons quelques tableaux présentant les liaisons possibles entre notions.
Nous avons distingué différents types de lien entre les notions

Autour de la notion de mobilité

La mobilité est une notion relativement « englobante » (comme celle de densité) qui est centrale dans les genres de vie comme dans la dynamique des territoires. Mais dans le système de relations entre notions, elle est dépendante de la nodalité et est une des formes d’expression de la polarisation exercée par la ville. Entre la fonction nodale et la mobilité, se glisse l’accessibilité, qui désigne finalement, à la fois, l’ensemble des opportunités offertes par la fonction nodale et leur facilité d’usage ; une facilité d’usage qui dépend des aménagements (le nœud et sa desserte), mais aussi du capital individuel des usagers, exprimé par la notion de motilité, un terme récent dérivé du vocabulaire de la pédiatrie. En aval de ces notions, on peut tenir l’attractivité urbaine comme une conséquence croisée de l’accessibilité, qui doit tant à la fonction nodale et à la motilité, et de la diversité.

document(s)
Recherchez dans l'ensemble des documents de la Coredem
Index : Auteur -  Collections - Actualité - Pays et région - Ville - Thématique