cités
territoires
gouvernance
Pour une transition vers des territoires et des sociétés durables

Recherchez dans l'ensemble des documents de la Coredem
Index : Auteur -  Collections - Actualité - Pays et région - Ville - Thématique

Accueil > Gouvernance urbaine > Notions d’urbanisme par l’usage > Milieu. Environnement, paysage, patrimoine

Milieu. Environnement, paysage, patrimoine

La notion de milieu n’est pas familière des approches sociologiques ou économiques du fait urbain et de l’urbanisme. En revanche, elle trouve sa place en géographie et en architecture, une place directe en architecture à travers les considérations sur l’habitat dans ses relations avec le climat, le relief et la nature des sols ; une place plus indirecte en géographie urbaine, car la notion y est venue par transfert de la géographie rurale et, encore plus en amont, de la géographie physique, de la géographie régionale et de l’écologie. Le « milieu » des géographes et des écologues a d’abord été naturel, avant d’entrer en ville par l’intermédiaire de l’environnement, de l’écologie urbaine puis du développement urbain durable. Et c’est par le climat urbain que la notion de milieu s’est insinuée dans le champ de la recherche urbaine.
La notion de milieu conduit à celle d’environnement, filiation somme toute banale, mais elle conduit aussi, d’une façon moins évidente, à celle de paysage. Le paysage est une construction en grande partie sociale, différente de celle de milieu, qui est ancrée dans une démarche objective ou du moins mesurable. De ce fait, le paysage est souvent « patrimonialisé », dans la mesure où l’adhésion collective à un ensemble de formes perçues dans un registre culturel entraîne sa protection et sa mise en valeur. En milieu urbain, le paysage est largement minéralisé, et c’est par le biais du patrimoine architectural, ponctuel ou composé d’ensembles, qu’il est en quelque sorte placé sous protection et réhabilité.
Ce qui ressort de la combinaison du paysage et du patrimoine, c’est probablement l’ambiance urbaine, qui incorpore une somme de vécus individuels, certes subjectifs un à un, mais composant une représentation finalement collective. L’ambiance urbaine fait le lien avec une autre grappe de notions, regroupant celles d’attractivité et même d’intensité : lorsque des urbanistes proposent la dénomination de lieux intenses, ils associent aux attributs habituels de la centralité, mesurable par la densité et la diversité, une dimension culturelle et mémorielle. Peut-être serait-il alors approprié de parler de « hauts-lieux » urbains.

A la recherche des liaisons entre les notions

Pour constituer un guide subjectif de cheminement entre les notions, nous proposons quelques tableaux présentant les liaisons possibles entre notions.
Nous avons distingué différents types de lien entre les notions

Autour de la notion de milieu

La notion de milieu est originaire de la géographie et de l’écologie. Dans le contexte urbain, outre la dimension naturelle des lieux (le site), elle remonte à la surface dans les bagages du développement durable. Mais on la trouve exprimée implicitement par la notion de cadre de vie, plus familière de la sociologie. Le cadre ou milieu de vie urbain n’est pas seulement servi par la diversité des fonctions et des groupes sociaux et leur abondance qui autorisent une large palette de choix, il est aussi fait de patrimoine architectural et paysager, toutes notions qui concourent à l’ambiance urbaine. L’espace public, dans le registre des aménagements, est un des supports de l’ambiance, et avec elle concourt lui-même à l’attractivité de la ville.

document(s)
Recherchez dans l'ensemble des documents de la Coredem
Index : Auteur -  Collections - Actualité - Pays et région - Ville - Thématique